Galerie Napoléon : Planches Originales de bande dessinée
                 Achat / Vente / Gestion de patrimoine

2 rue d’Argenteuil 75001 PARIS
Tél : +33 (0)1 44 61 11 10
Tél du Lundi au Vendredi de 10H à 18H : +33 (0)3 44 86 48 55
Tél : +33 (0)6 58 26 09 79 (contact clients)
Tél : +33 (0)6 14 16 14 91 (contact artistes)
Ouvert du Mercredi au Samedi de 11h30 à 19h30
Ainsi que le Mardi sur rendez-vous
Courriel : contact@galerienapoleon.com

ORVAL

Diaporama

Planche originale 76 d'ORVALpar Jean-Claude SERVAIS.
 

Planche originale 76 d'ORVALpar Jean-Claude SERVAIS.

Disponible à la Galerie

1 500,00 Euros

 

L’abbaye d’Orval, située à l’extrême sud de la Belgique près de la frontière française, a été fondée en 1070. Au fil des siècles, ce fut un important centre théologique et même technologique (les premières fonderies modernes ont vu le jour ici), voici son histoire. Après une introduction résumant la vie de saint Benoit, créateur, au Vème siècle, du premier ordre monastique et le récit, presque légendaire, de la création de la première abbaye, le scénario se concentre sur la période de la révolution française, moment clef, s’il en est, des relations entre les hommes et la religion. D’un ton presque didactique dans la première partie, le lecteur retrouve ensuite, le style habituel de l’auteur de La belle coquetière. Presque sans surprise, les loups rôdent et une belle sauvageonne séduit et est séduite par un fils de bourgeois mal dans sa peau. Le résultat est un peu boiteux, la greffe entre éléments purement historiques et ceux plus romanesques peinent à convaincre. C’est dommage, car la partie historique est très intéressante et aurait été amplement suffisante pour nourrir tout un album. En mille ans d'existence, Orval a été au cœur de nombreux d’évènements passionnants. Graphiquement, le résultat est des plus convaincants, Jean-Claude Servais arrive à merveille dépeindre sa campagne belge. Les hameaux, les bois, les rivières et autres vieilles pierres respirent l’authenticité. La faune est également montrée avec un grand talent. À l’instar du grand René Hausman, Servais aurait également bien pu suivre une carrière d'illustrateur animalier. La mise en page est classique – le lecteur attentif reconnaitra quelques scènes déjà vues au sein d’albums antérieurs – mais efficace. Les couleurs de Raives soulignent parfaitement le ton des différents épisodes, que se soit dans l’atmosphère sombre du monastère que dans les champs ensoleillés de la Gaume. Orval est un album intéressant, mais qui, en hésitant entre récit historique pur et fiction, n’arrive pas vraiment à exploiter tout le potentiel de son sujet central. Source: A. Perroud/BDgest

Rechercher




 

ewsletter




Abonnement
Désabonnement
 

ews

Jaime CALDERON

Lire la suite >>

ews

Infos auteurs

Amis auteurs, nous proposons nos services pour exposer ou vendre vos originaux. N'hésitez pas à nous contacter. Pour celà, vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous.

Lire la suite >>